Parc national des Pyrénées
-A +A
Share

Grand tétras

Oiseau emblématique de la forêt primitive, le Grand tétras, ou Coq de Bruyère, est une espèce particulièrement sensible au dérangement.
Grand tétras © C. Cuenin - Parc national des Pyrénées
Grand tétras © C. Cuenin - Parc national des Pyrénées

Le Parc national mène tout au long de l’année des actions de suivi et de conservation.

Panneaux de sensibilisation indiquant les Zones de quiétude du Grand tétras en période hivernale © J. Combes - Parc national des Pyrénées

L’hiver : mise en place de zones de quiétude

Les gardes-moniteurs matérialisent sur le terrain, principalement en lisières hautes des forêts, des zones au sein desquelles doit être respectée la tranquillité des oiseaux. Il est vital de limiter leur dérangement en cette période de forte vulnérabilité due au faible apport énergétique de la ressource alimentaire disponible et à la forte exposition aux prédateurs.

Le printemps : suivi au chant

En affût, les gardes-moniteurs suivent les parades nuptiales des grands tétras sur des arènes appelées place de chant. Les mâles, territoriaux, s’y affrontent par le chant et paradent pour conquérir les femelles.
Les places de chant sont traditionnellement utilisées par les mêmes oiseaux.
L’objectif de ce protocole est de comptabiliser le nombre de mâles chanteurs et d’évaluer les tendances de population d’une année sur l‘autre.

Combat de Grand tétras sur place de chants © C. Cuenin - Parc national des Pyrénées
Couvée de Grand tétras © J.P. Armary - Parc national des Pyrénées

La fin de l’été : Suivi de la reproduction

Les gardes-moniteurs, en collaboration avec les chasseurs locaux, réalisent des « comptages aux chiens » (les chiens permettent de lever les oiseaux) dans l’optique d’évaluer le succès de reproduction de l’année. Le nombre de jeunes par poule levée est ainsi comptabilisé.